Interview du Directeur-adjoint de l’UFR/SJP

Sans titre-2(1)
« Je sais que je suis jeune, je n’ai pas voulu refuser, je pensais que je pouvais contribuer au développement de l’université. Je pense donc pouvoir assumer avec dévouement cette responsabilité » Tels sont les mots de notre jeune et brillant professeur. Son dynamisme et son engagement, reconnus par ses pairs, ont fini par lui valoir le poste de Directeur-adjoint de l’UFR/SJP de l’Université OUAGA2. L’excellence de son parcours scolaire et académique en fait un homme plein d’ambitions pour son UFR et partant de l’Université OUAGA2.

  1. Parlez-nous de votre parcours scolaire et universitaire ?

Je suis le Docteur Dié Léon KASSABO, présentement Directeur-adjoint de l’Unité de Formation et de Recherche en Sciences Juridique et Politique (l’UFR/SJP) de l’Université OUAGA2.
J’ai fait mes études primaires et secondaires à Abengourou en côte d’ivoire.
Après donc le bac en 1999, je me suis inscris à l’université de OUAGADOUGOU. De 1999 à 2004, j’ai pu terminer la maitrise en quatre ans et juste après, je me suis inscris en DEA (Diplôme d’études approfondies) à l’université ici. Pendant mon DEA, j’ai pu bénéficier de quelques voyages de recherche notamment en Italie où j’ai pu rédiger mon mémoire.
Juste après le DEA, j’ai obtenu une bourse pour la Thèse de doctorat que j’ai commencé en 2007 et bouclé le 27 janvier 2010, date de ma soutenance.
A mon retour au pays, j’ai introduit un dossier de recrutement à l’université et le recrutement a été effectif le 2 aout 2010. J’ai donc commencé à enseigner à l’UFR/SJP, d’abord en tant que chargé de travaux dirigés, ensuite titularisé pour le cours de relations internationales en quatrième année option publique.
Aujourd’hui, les autorités m’ont fait confiance et m’ont confié cette responsabilité, je profite de l’occasion que vous m’offrez de m’exprimer de dire merci au Docteur Edouard OUEDRAOGO (Directeur de l’UFR/SJP), mais également au Président de l’Université OUAGA2 Stanislas OUARO et à l’ensemble des collègues ainsi qu’aux autorités de l’enseignement.
2. Votre désignation en tant que Directeur-adjoint s’est faite tôt relativement à votre jeune carrière, comment devient-on Directeur-adjoint sitôt ?

C’est vrai, c’est assez tôt, mais comme on le dit : « aux âmes bien nées, la valeur n’attend point le nombre des années ». Ça ne dépend pas de moi, on ne se proclame pas directeur. En général, le mode de désignation du directeur et du directeur-adjoint se fait par candidature, c’est à dire par élection. C’est sur la base de cette liste que l’élection est faite. Mais malheureusement à l’UFR/SJP, on a jamais pu organiser des élections faute de candidature, cela dénote que c’est un sacerdoce, un sacrifice.
Néanmoins, j’ai été contacté par le Directeur afin de former ensemble l’équipe dirigeante et sa proposition a recueilli l’assentiment des autorités universitaires, c’est de cette manière que je suis devenu Directeur-adjoint de l’UFR/SJP, je lui suis reconnaissant.
Je sais que je suis jeune, je n’ai pas voulu refuser, je pensais que je pouvais contribuer au développement de l’université. Je pense donc pouvoir assumer avec dévouement cette responsabilité.

  1. Vous êtes jeune Professeur, quel regard avez-vous sur la qualité de l’enseignement à l’UFR/SJP ?

Je pense que la qualité de l’enseignement ne souffre d’aucun doute.
Je reconnais que de plus en plus le niveau baisse, mais cela n’est pas dû à la qualité de l’enseignement, c’est l’ensemble du système éducatif qu’il faut revoir. Le système PDEB (Programme de Développement de l’Éducation de Base) en cour, sans le dénoncer, comporte des failles et contribue à nous amener des étudiants relativement moyens.
La qualité de l’enseignement n’a pas changé, ce sont les mêmes professeurs qui sont là depuis la création de l’école supérieure de Droit à l’UFR /SJP aujourd’hui.
Si l’encadrement pose problème, cela peut être dû au nombre, avec un petit groupe, on a le temps de mieux expliquer. Par contre, Avec un nombre pléthorique d’étudiant, tous ne peuvent pas poser leurs questions et cela peut jouer quelque peu. Néanmoins, la qualité de l’enseignement n’a pas changé, car les enseignants n’ont pas changé leurs méthodes d’enseigner. C’est un ensemble de facteurs qui explique ce taux d’échec.
Directeur-adjoint de l'UFR/SJP

  1. Faut-il apporter des reformes ?

Les réformes sont nécessaires, surtout lorsqu’on constate que les choses ne fonctionnent pas bien.
Je pense que nous sommes dans cette dynamique. On n’attend pas un moment donné pour reformer, lorsque nous constatons que telle ou telle chose peut être améliorée, automatiquement nous prenons des initiatives.
L’année passée, lorsque nous avons constaté qu’il y avait énormément de difficultés dans l’encadrement des travaux dirigés, nous avons tenu un atelier de trois jours à Kombissiri pour voir comment améliorer le niveau des travaux dirigés. Cette année encore, nous allons aller faire le bilan de cet atelier et dégager les perspectives.
C’est donc dire que chaque fois que nous aurons la possibilité, on procèdera à des améliorations, toujours en tenant comptes de l’intérêt bien entendu des étudiants.
Je suis parfaitement d’accord avec eux quand ils se plaignent des corrections, mais comprenez qu’un enseignant qui a trois milles copies à corriger dans un délai record, il peut y avoir quelques erreurs ou quelques ratés. Toutefois, l’administration a toujours rattrapé ces erreurs, c’est pourquoi à chaque fois qu’il est remis des copies aux étudiants, ils ont soixante-douze heures pour introduire des réclamations, cela permet à l’enseignant de revenir sur un certains nombres de choses.
En outre, l’enseignant ne corrige pas tout seul, les copies, il est aidé dans cette tâche par des correcteurs d’un niveau au moins égal au master2. Ce sont des personnes qui peuvent être recrutées à l’université pour être des enseignants à temps plein (ETP), parce que maintenant le recrutement pour assurer les travaux dirigés est le niveau DEA, pour dire qu’on ne prend pas n’importe qui pour corriger les copies. De ce fait, une réclamation pour « recorrection » ne tient pas, mais quand c’est une erreur de sommation on remet l’étudiant dans ses droits, il n’y a pas une volonté de nuire aux étudiants, ce sont des appréhensions.

  1. Pensez-vous que la relève est-elle assurée au regard du vieillissement du corps professoral ?
    Je pense qu’aujourd’hui nous sommes dans cette dynamique et d’ailleurs le gouvernement a compris, ce qui fait que chaque année pour l’ensemble des universités du BURKINA, il y a cent personnes qui sont recrutées. Depuis mon retour ou même avant, l’UFR/SJP a bénéficié de quatre à cinq postes par an et aujourd’hui on a suffisamment d’assistants, également des ETP c’est-à-dire des doctorants.
    On est donc dans une dynamique de renouvèlement, seulement le métier d’enseignant-chercheur n’est pas très attrayant eu égard aux conditions salariales et de travail à l’université, ce qui fait qu’on n’arrive pas toujours à avoir le nombre souhaité d’enseignant.

  2. Depuis sa création, vous avez assuré le suivi technique du journal, nous vous en remercions. votre opinion sur notre décision de quitter le papier pour la publication en ligne ?

Je vous remercie aussi d’avoir pensé à moi, vous êtes venu vers moi alors qu’il y a beaucoup d’enseignants, c’est avec beaucoup de plaisir que j’essaie de vous accompagner comme je peux.

Je pense que c’est normal, Le passage au numérique s’impose aujourd’hui au regard des technologies de l’information et de la communication, c’est plus facile pour une personne d’aller sur le net pour rechercher l’information. Vous vous inscrivez en droite ligne avec le contexte actuel et si vous ne l’aviez pas fait encore, il fallait le faire. Cela amoindrit le coût des tirages et autres. Il suffit de faire la promotion de votre site afin qu’il soit visité. Aujourd’hui la plupart des journaux sont en lignes et d’ailleurs c’est une très bonne dynamique qu’il faut encourager, donc vous êtes sur la bonne voie.

  1. Votre dernier mot ?
    Je voudrais vous dire merci de m’avoir accordé cette interview et je profite de l’occasion pour souhaiter mes vœux aux autorités de l’université et à l’ensemble de la communauté universitaire y compris bien sûr les étudiants, mais également à votre journal qui a toujours placé en moi sa confiance.
    Nous sommes en délibération, je souhaite plein succès aux étudiants : ce qui réussiront, félicitation!
    Ceux qui n’auront pas réussi, ce n’est pas la fin du monde, ils peuvent rebondir, il n’y a pas d’inquiétude.
    Je remercie particulièrement l’ensemble des étudiants qui nous font confiance tous les jours et nous accompagne.
    Je remercie également le Directeur de l’UFR qui a placé sa confiance en moi, le Président de l’Université OUAGA2, l’ensemble des collègues ainsi que les autorités universitaires

Publicités
À propos

La Voix du Juriste est une start-up du type Legal tech, elle fait la promotion de l’accès à la Justice par l'information et les services juridiques.

Tagged with: ,
Publié dans Uncategorized
One comment on “Interview du Directeur-adjoint de l’UFR/SJP
  1. Fabrice dit :

    si la qualité de l’enseignement demeure, la correction reste problématique

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Conseil Juridique

Entrez votre adresse mail pour suivre ce site et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 4 782 autres abonnés

Suivez-nous sur Twitter