Interview du Premier Président de la Cour des Comptes

Sa nomination a surpris plus d’un, un non-juriste Président de la plus haute juridiction de contrôle des finances. Ce Financier, pur produit de l’administration burkinabè a gravi tous les échelons pour se hisser à la tête de la Cour des Comptes du BURKINA FASO. Travailleur acharné, persévérant, patient… on ne manque pas de qualificatif pour décrire les traits de sa personnalité. Découvrez le parcours exceptionnel de cet homme et les projets qu’il nourrit pour son Institution!

PCC

  1. Quel a été votre parcours scolaire et académique ?

Je me nomme Noumoutié Herbert TRAORE, premier Président de la cour des comptes du BURKINA FASO.

Je suis né le 20 mars 1959 à Mahon dans la province du Kénédougou dont le chef-lieu est Orodara. Inscris au CP1 en 1965, j’ai fait le primaire à l’école de Mahon, j’ai ensuite rejoins le CEG de Banfora où j’ai fait le premier cycle et enfin c’est au lycée Ouézzin COULIBALLY de Bobo Dioulassoque j’obtiendrai mon bac en 1982. Quand j’obtenais mon Bac, j’étais frappé par la limite d’âge pour la bourse nationale qui était à l’époque de 23 ans. Néanmoins, j’ai obtenu une bourse soviétique, mais avec les conseils des parents et amis, j’ai opté de faire le concours d’entrée au centre de formation professionnelle du Trésor et c’est de là, après trois ans de service au Ministère des finances, que je suis allé à l’ENAM (l’Ecole Nationale d’Administration et de Magistrature) pour le cycle B sur la base du Bac. Juste après, je suis retourné travailler au Ministère des finances avant de rentrer au cycle A de l’ENAREF (Ecole Nationale des Régies financières) en 1993 d’où je suis sorti, avec le diplôme d’administrateur des services financiers.

2. Parlez-nous de votre carrière professionnelle ?

J’ai intégré la fonction publique en mai 1984 après ma formation de deux ans et nanti de l’Attestation du centre de formation professionnelle du Ministère des finances à Ouagadougou.

En Octobre 1987, je suis retourné à l’ENAM pour le cycle B d’où je suis sorti en 1989 avec le brevet de l’école nationale d’administration pour réintégrer le Ministère des finances. Ainsi, j’ai été contrôleur financier dans la province du Poni à Gaoua de 1990 à 1993.

En février 1993, je suis donc revenu à l’ENAREF où j’ai terminé ma formation en 1995. A l’issue de cette formation, j’ai repris service au Ministère des finances, notamment à la Direction centrale du contrôle financier, j’ai aussi servi à la Direction des marchés publics.

En 1997, j’ai été nommé DAAF (Directeur des affaires administratives et financières) à l’inspection générale d’Etat et en 1998, j’ai été nommé comme DAAF au Ministère des ressources animales.

En 2000, démis de mes fonctions, je suis donc retourné au ministère des finances à la Direction générale de la coopération avant d’être proposé comme Directeur financier de l’hôpital pédiatrique Charles de Gaule qui venait d’être ouvert.

En 2003, je suis allé au contrôle interne du programme sectoriel des transports où j’ai fait deux ans. C’est au cours de ce mandat que j’ai été nommé directeur central du contrôle financier en 2005 et en 2009, j’ai été nommé inspecteur général des finances. Cette petite somme d’expérience a permis d’avoir la confiance des plus hautes autorités qui ont accepté de me confier la charge de la Cour des comptes en septembre 2011.

  1. Comment devient-on Président de la Cour des Comptes du BURKINA FASO sans être juriste ?

Je voudrais renvoyer vos lecteurs à la loi organique qui régit la Cour des comptes et qui prévoit que outre les magistrats, la cour comprend des fonctionnaires qui ont une certaine expérience en matière financière et surtout qui appartiennent aux emplois des inspecteurs des finances, des inspecteurs du trésor, des inspecteurs des impôts et c’est sur cette base que nous les financiers qui avons justement le diplôme d’ inspecteur ou administrateur des services financiers nous nous retrouvons à la cour des comptes comme Magistrats. Les textes disposent également que le fonctionnaire nommé à la cour des comptes à la qualité de Magistrat pour le mandat de cinq ans renouvelable une fois. A ce titre, nous sommes soumis au texte régissant le conseil supérieur de la magistrature, c’est pourquoi vous nous verrez aux cotés des magistrats à certaines cérémonies, sinon à la tenue du conseil supérieur de la magistrature qui est présidé par son Excellence le Président du Faso, Chef de l’Etat.

PCC1

Nous avons deux attributs essentiels : un juridictionnel et l’autre non-juridictionnel. La partie juridictionnelle est sanctionnée par des arrêts et celle non-juridictionnelle c’est-à-dire le contrôle de la gestion émet des rapports. A la Cour des comptes, la procédure est écrite, nous jugeons la gestion des comptables publiques autrement dit leurs écritures.

Nous avons aussi pour attribution de sanctionner les fautes de gestion qui ne sont pas qualifiées de crimes ou de délits au travers de la mise en place d’une formation, faute de chambre de discipline budgétaire, qui instruit le dossier sur la base du rapport de contrôle de gestion. Précisons que nos audiences ne sont pas publiques, ce qui rend nos activités moins visibles. C ‘est à partir de 2013 que nous avons commencé à instruire les dossiers, il y a actuellement trois dossiers en cours de jugement. En principe, on devrait avoir nos premiers arrêts d’ici mars ou avril au plus tard.

  1. Quels sont vos projets pour l’Institution ?

Notre objectif est de faire de la cour des comptes une juridiction supérieure de contrôle des finances, gage de bonne gouvernance et dont les rapports et les arrêts sont conformes aux normes et standards internationaux étant donné que nous appartenons comme toutes les institutions supérieures de contrôle des finances ou les bureaux d’audit, comme ça se dit en milieu anglophone, à des organisations. Partant, Nous travaillons à harmoniser nos méthodes et procédures de travail.

C’est d’obtenir aussi des autorités, une relecture de notre loi organique qui nous permettrait d’être plus efficaces avec la mise en place d’une chambre de discipline budgétaire.

Ensuite, c’est de doter le personnel d’un statut pour le motiver à y faire carrière et enfin surtout de prévoir dans cette loi organique des chambres régionales afin de garantir la sauvegarde des biens publics et du patrimoine de l’Etat, et ainsi contribuer fortement à la bonne gouvernance dans notre pays.

 

  1. Mot de fin.

Je vous remercie pour cette opportunité que vous donnez aux uns et aux autres de connaitre la Cour des comptes, parce que nous sommes une juridiction que beaucoup de gens ne connaissent pas, ils pensent que la cour a pour mission d’envoyer tous les détourneurs de fonds en prison. Je dirai non, la cour des comptes est une juridiction spécifique, elle est avant tout un outil de conseil à la disposition du parlement, du gouvernement et de tous les citoyens. Nos sanctions ne sont que pécuniaires, nous ne pouvons qu’infliger des amendes et moi j’ai toujours dit que la Cour n’envoie pas quelqu’un en prison c’est plutôt votre gestion, votre passé qui vous rattrape et vous condamne. Je lance un appel à tous les gestionnaires publics que nous sommes à leur disposition pour des appui- conseils tout comme nous sommes là pour assister le parlement dans le contrôle de l’exécution des lois de finances et accompagner le gouvernement dans l’exécution de ses missions de gouvernance financière.

Publicités
À propos

La Voix du Juriste est une start-up du type Legal tech, elle fait la promotion de l’accès à la Justice par l'information et les services juridiques.

Tagged with:
Publié dans Actualité

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Conseil Juridique

Entrez votre adresse mail pour suivre ce site et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 4 782 autres abonnés

Suivez-nous sur Twitter
%d blogueurs aiment cette page :