INTERVIEW AVEC LE JUGE SORY MOUSSA STEPHANE(troisième partie)

juge SORY

1)       On sait le Soudan du Sud un pays anglophone. Travailliez-vous en langue anglaise et maitrisez-vous maintenant l’anglais ? La langue officielle au Soudan du Sud est l’anglais comme vous venez de le dire. Je n’avais aucune autre possibilité de m’exprimer dans une langue autre que l’anglais. J’avoue que les choses n’ont pas été aussi simples que je l’avais imaginé. Mes premières angoisses sont nées à bord de la compagnie Ethiopian Air Lines où je n’arrivais même à cerner distinctement les messages des hôtesses de l’air. Alors j’ai commencé à m’interroger intérieurement s’il valait toujours la peine de me rendre au Soudan du Sud. Ces angoisses se sont un peu dissipées lorsque j’ai réussi tous les trois tests obligatoires que j’ai composés en anglais. A l’issue de ce succès, j’ai été invité à rejoindre Juba. Là encore, les choses n’étaient pas aisées parce que je n’arrivais pas à m’exprimer ou à comprendre mes interlocuteurs comme je le voulais. Pour pallier cet handicap majeur, je me suis mis à prendre des cours d’anglais en ligne et petit à petit, la mayonnaise a commencé à prendre et je m’exprimais sans complexe, ce qui m’a valu le renouvellement de mon contrat pour 6 mois. Alors pour répondre à votre question, je ne maîtrise pas encore l’anglais mais j’arrive à me faire comprendre en anglais et à comprendre mes interlocuteurs.

Que vous inspire les critiques actuelles contre la Justice, notamment la magistrature ? Je ne sais pas de quelles critiques parlez-vous exactement. Mais je tenterai tout même de répondre à votre question en partant des critiques courantes, à savoir la corruption dans le milieu judiciaire , la lenteur de la justice, la non indépendance des magistrats. Pour ma part certaines de ces critiques sont fondées et relèvent de la bonne volonté des acteurs de la justice de faire changer les choses. C’est le cas de la corruption. On aura beau mis en place les textes de lois les plus répressifs en matière de lutte contre la corruption, ils ne dissuaderont pas certaines brebis galeuses si elles n’ont pas la volonté de changer de comportement. Vous n’êtes pas savoir que la corruption est un pacte entre corrompu et corrupteur dont la clause principale requiert le silence absolu. Il est alors très difficile de détecter des cas de corruption lorsque le deal se passe bien. Voilà pourquoi je dis que la lutte contre la corruption dépend beaucoup plus de la volonté des acteurs que des textes. Pour ce qui est de la lenteur de la Justice, je pense que cela ne relève pas forcément de la faute des magistrats d’abord parce qu’il y’a peu de magistrats dans les juridictions et de personnel d’appui et ensuite parce que certains justiciables ou leurs conseils ne suivent pas convenablement leurs dossiers. Aussi, certains dossiers en matière pénale font l’objet d’une procédure d’information généralement très longue.Il faut ajouter à cela, le dénuement matériel des juridictions qui ne permet pas parfois d’être au diapason de la célérité dans le traitement judiciaire des dossiers. S’agissant de l’indépendance de la magistrature, là aussi, c’est une question de personne même si je reconnais qu’il faut procéder au toilettage de certains textes pour renforcer cette indépendance. Par exemple, je pense qu’il faut abroger le texte qui constitue l’exception au principe de l’inamovibilité, à savoir qu’un juge pourrait être déplacé en cas de nécessité. Il en est de même de la notation des magistrats par le Ministre de la Justice relevant de l’exécutif, etc. A cela, il faut ajouter le manque d’autonomie financière du pouvoir judiciaire. De même que le pouvoir exécutif et législatif sont maitre de leur budget, il faudrait envisager que le pouvoir judiciaire soit aussi maitre de son budget, autrement il sera toujours à la merci des autres pouvoirs. Pour terminer, je voudrais aussi relever que les problèmes de la Justice s’enveniment de plus en plus parce que la plupart des justiciables ne comprennent souvent pas droit positif. Aussi, il y’a lieu de reconnaitre que beaucoup d’acteurs de la Justice procèdent à la désinformation de l’opinion toute chose qui contribue à décrédibiliser la Justice. C’est le cas par exemple de certains magistrats et auxiliaires de justice qui parfois pour masquer leur incompétence à leurs obligés se réfugient derrière la désinformation.C’est le cas de l’affaire SGS où l’avocat qui a initié la procédure a expliqué aux journalistes que les magistrats n’ont pas joint l’exception au fond parce qu’ils voulaient tout simplement protéger leurs collègues. En rappel, je dois dire que ce procès n’a jamais cité des magistrats comme prévenus mais plutôt comme témoins ; ce qui ne permettait en aucun cas de les juger. C’est donc absurde de de dire que le tribunal voulait protéger des magistrats.

De plus, pour ce qui est de l’exception traitée séparément du fond du dossier, le tribunal a procédé de la même manière dans le dossier de plainte de certains avocats contre le bâtonnier dans le mois de janvier 2014 ; le bâtonnier était défendu par les mêmes avocats, et ils n’ont rien trouvé à redire. Voyez-vous, devant la justice, chacun vient avec ses intentions, des bonnes, des mauvaises, la bonne foi, la mauvaise foi ; le juge est obligé d’arbitrer selon le droit et non les sentiments. Le tribunal n’a nullement voulu protéger des magistrats. Dans un Etat de droit, il faut accepter la décision des juridictions ou user des voies de recours. Il m’est aussi revenu que Maître Mamadou SAVADOGO et Maitre FARAMA Prosper, deux avocats pour qui j’ai un profond respect et de l’admiration pour leur rigueur s’en sont injustement pris aux membres de la composition de la chambre correctionnelle du Tribunal de Grande Instance de Ouagadougou dans l’affaire de diffamation opposant l’ex Procureur du Faso, près le Tribunal de Grande instance de Léo au journal Le Reporter avant de diffuser dans la presse des informations erronées sur cette affaire. Les procès pénaux de cette envergure sont souvent l’occasion pour certains avocats de se livrer au spectacle pour faire monter leur côte de popularité auprès de l’opinion qui ne maitrise toujours pas les règles de droit. Je voudrais humblement les inviter à plus de calme et de sérénité pour les prochaines fois. Pour terminer, permettez-moi d’évoquer le tout dernier cas qui ne fait pas du tout honneur à notre Justice. C’est celui du mépris du Bâtonnier Maitre Mamadou TRAORE à l’égard de décisions de justice qui l’opposent à certains de ses confrères. Comment comprendre qu’un Bâtonnier se refuse d’exécuter des décisions de Justice alors qu’il n’y a pas longtemps, il s’érigeait en donneur de leçon aux magistrats dans les colonnes du Journal l’Observateur en son numéro 8800 du Jeudi 04 Juillet 2013 en disant que le Palais de Justice est devenu un véritable « Rood woko ». Aussi ne félicitait il pas l’exécution par le Gouvernement de la décision relative aux 23 kilos d’or ? Comment peut-il lui à son tour refuser d’exécuter des décisions de Justice ? Tous ces exemples cités expliquent en partie pourquoi les bonnes relations entre avocats et magistrats sont entrain de se détériorer dans certaines juridictions et si les et les autres ne revoient pas rapidement leurs copies, cela sera préjudiciable non seulement pour les acteurs justiciables mais bien encore et surtout pour les justiciables. Ce n’est pas parce que des magistrats sont mis en cause dans une affaire qu’il faut refaire les textes ou tordre le cou au droit pour faire plaisir à un individu. A ce que je sache tous les citoyens ont une égalité de traitement devant la loi. Dans ce sens, des magistrats ont déjà perdu le gain de certains procès conduits par leurs pairs et cela n’a posé aucun problème.

2)       On remarque que de plus en plus les magistrats adoptent une liberté de ton dans les organisations de la société civile pour apprécier parfois des décisions de justice.

Qu’est-ce que cela vous inspire ? Cette attitude n’est ni plus ni moins…

La Plume du Palais

À propos

La Voix du Juriste est une start-up du type Legal tech, elle fait la promotion de l’accès à la Justice par l'information et les services juridiques.

Tagged with:
Publié dans Actualité

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Conseil Juridique

Entrez votre adresse mail pour suivre ce site et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 4 421 autres abonnés

Publicité
Suivez-nous sur Twitter
%d blogueurs aiment cette page :