Couverture radiophonique et télévisuelle du territoire nationale

Le député Halidou SANFO interpelle le 15 avril 2013 le Gouvernement sur la couverture télévisuelle inscrite dans le plan triennal du ministère de la Communication. Le ministre de la Communication, le 21 mai 2013 dans sa réponse, souligne les grandes lignes du Plateau technique national de la communication (PTNC) à même de résorber les difficultés liées à la couverture médiatique du territoire.

Question

Halidou SANFOMonsieur le ministre,

Le plan triennal de développement de la RTB pourra-t-il relever le défi de la couverture radiophonique et télévisuelle du territoire national qui se pose avec acuité quand on sait qu’une localité comme Yako n’arrive pas à émettre régulièrement à cause d’un problème de ventilateur ?

 

 

 

Réponse

TRAORE Alain EdouardJe tiens à remercier le député Halidou SANFO, auteur de la question écrite relative au développement de la RTB et à la problématique de la couverture radiophonique et télévisuelle du territoire national. Cette question traduit l’intérêt qu’il porte à l’action des médias au renforcement de la démocratie, de la bonne gouvernance, et pour soutenir le développement.

  1. I. Contexte

Le plan triennal de la RTB a évolué pour s’inscrire dans le Plateau technique national de la communication (PTNC) qui est une approche globale de prise en charge des préoccupations liées à la couverture médiatique du territoire par la Radiodiffusion- Télévision du Burkina (RTB) et les Editions Sidwaya.

C’est dans cette vision qu’il faut inscrire la contraction de l’emprunt pour le développement de la Radiodiffusion-Télévision du Burkina qui s’opère dans le contexte de la stratégie de croissance accélérée et de développement durable et s’appuie sur les orientations de la Politique nationale de communication.

La démarche vise à faire de la communication le levier de la participation citoyenne à la gouvernance et aux actions de développement. Pour y parvenir, il est nécessaire que les médias publics soient renforcés au plan juridique, institutionnel, organisationnel, technique et technologique.

  1. II. L’emprunt RTB

L’investissement nécessaire à la réalisation du plan de développement de la RTB s’élève exactement à la somme de 15 milliards 164 millions 599 mille CFA financé comme suit:

  • prêt CNSS : 13 milliards 449 millions 151 mille francs CFA

  • prêt SONAPOST : 215 millions 648 mille francs CFA;

  • 900 millions de francs CFA accordés sous forme de subvention par l’Etat;

  • un financement propre de la RTB d’un montant de 599 millions 800 mille francs CFA.

Les différentes composantes du développement de la RTB sont :

  • le siège de la RTB ;

  • le car de production TV numérique à six caméras;

  • le renforcement des équipements de studios radio, télé, et multimédia;

  • la logistique de transport ;

  • les équipements de couverture radiophonique et télévisuelle.

III. Les actions engagées en 2013

Car de production TVAu titre de l’année 2013, l’étude architecturale pour la construction du siège sera réalisée, le car de production TV est déjà livré, ainsi que les équipements techniques de renforcement des capacités opérationnelles de la radiodiffusion et de la télévision de même que la logistique de transport.

Pour ce qui est de la couverture radiophonique et télévisuelle du territoire, le taux de couverture national est de 28% pour la radiodiffusion et 51 % pour la télévision en raison de la baisse de performance des émetteurs en fonctionnement pour la plupart depuis 2005.

Aujourd’hui, la politique de couverture en radiodiffusion et télévision vise à équiper les localités qui sont privées de programmes radiophoniques et télévisuels comme Ouargaye, Sebba, Gorom-Gorom, Solenzo, Sindou, Mangodara, Baguéra, Batié, Gayéri, N’Dorala, Sapouy, Arbinda, etc.

En outre, il sera procédé au renforcement de la puissance des émetteurs en baisse de performance en attendant la mise en place de la Société burkinabè de télédiffusion (SBT) qui aura la charge de la diffusion de tous les programmes télévisuels publics et privés en numérique intégral avant juin 2015.

  1. IV. Le cas spécifique de Yako

Pour le cas spécifique de Yako, il n’y a pas d’émetteur radio, mais il y existe un émetteur de télévision qui fonctionne à pleine puissance même si la colocation avec l’utilisation du pylône de l’ONATEL qui le porte en limite la performance. La RTB est en négociation avec l’ONATEL pour un meilleur positionnement des antennes en vue d’améliorer son rayonnement.

S’agissant du ventilateur en panne, il n’est utilisé que dans le bureau des agents et n’influe nullement sur le fonctionnement de l’émetteur qui est installé dans une salle à climatisation permanente, 24 heures/24 avec toutefois les désagréments causés par les fréquents délestages.

Une étude est en cours en vue de recourir à une source d’alimentation de secours.

Telles sont les réponses que j’apporte à la question écrite du député Halidou SANFO.

 

Alain Edouard TRAORE

Officier de l’Ordre national

Publicités
À propos

La Voix du Juriste est une start-up du type Legal tech, elle fait la promotion de l’accès à la Justice par l'information et les services juridiques.

Tagged with: , , ,
Publié dans Actualité

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Conseil Juridique

Entrez votre adresse mail pour suivre ce site et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 4 782 autres abonnés

Suivez-nous sur Twitter
%d blogueurs aiment cette page :