« LE RESPECT DU AUX COURS ET TRIBUNAUX » : L’AVOCAT DOIT-IL RESPECT AU MAGISTRAT ?(Deuxième partie)

magistratA cet effet, si l’on considère comme une vérité irréfutable que l’avocat ne puisse pas vilipender un magistrat dans un cabaret, il demeure tout aussi vrai que l’inverse est inconcevable.

Il est rapporté pourtant que des magistrats exigent à des avocats dans de telles situations qu’ils leur réservent bien plus qu’une déférence : une révérence, la même attention que celle observée à l’égard des juridictions.[1]

De fait, le véritable problème survient lorsque le magistrat entend par « respect », une déférence particulière, une obéissance. Il est des magistrats qui pensent -à tort il est vrai- que c’est l’avocat qui leur doit respect et que eux n’y seraient pas tenus.

Mais rigoureusement parlant, l’avocat ne doit[2] pas respect au magistrat. Il le respecte en tant qu’il est humain. Quant au fait de sa qualité de magistrat, l’avocat lui doit simplement égard : en dehors de ses contacts professionnels avec les magistrats, l’avocat doit montrer à leur égard le respect que mérite leur fonction.

Nul avocat ne peut trouver, en effet, aucun plaisir à plaider devant un juge qui a travaillé à enterrer de lui-même sa dignité, son indépendance, son honneur, sa personnalité et sa probité.

Ces égards, ce respect doivent être réciproques et, si cette réciprocité n’est pas observée, rien… strictement rien n’empêche à l’avocat de ne faire bénéficier de son respect au magistrat que grâce à la juridiction que celui-ci constitue ou participe à constituer.

Il en est ainsi parce que le respect dû à un individu ne peut être le fait d’un décret… ou autres lois ; le respect se mérite et celui qui ne fait rien pour en mériter ne peut y avoir droit.

Aussi choquant que cela puisse paraître, le magistrat d’aujourd’hui devrait se convaincre d’une évidence : le mythe du magistrat qui a les honneurs ou l’honneur attachés à sa seule qualité de magistrat relève du passé, mais vraiment du passé.[3]

[1] Des avocats rwandais ont rapporté ce problème qui est vécu au RWANDA. Au Burkina Faso, un magistrat a interpellé bruyamment un avocat pour l’envoyer acheter de la cigarette ; celui-ci ayant refusé net, le magistrat s’est fâché et lui a rappelé qu’il lui devait respect.

[2] « Devoir » ici précisément s’entend sur le plan des règles purement morales ; la bienséance et non comme une obligation juridique découlant de la loi ou d’une coutume quelconque.

[3] Depuis certaines années en effet, magistrat est devenu à tort ou à raison synonyme de corrompu ou de valet de tel homme politique.

le Sceptre

//

À propos

La Voix du Juriste est une start-up du type Legal tech, elle fait la promotion de l’accès à la Justice par l'information et les services juridiques.

Tagged with: ,
Publié dans Droit

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Conseil Juridique

Entrez votre adresse mail pour suivre ce site et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 4 421 autres abonnés

Publicité
Suivez-nous sur Twitter
%d blogueurs aiment cette page :