LE NUCLEAIRE AU BURKINA FASO(cinquième partie)

nucleaire_1Les applications nucléaires qui donnent de bons résultats sont nombreuses et appliquées largement dans toutes les régions du monde. Cependant, ces applications, au regard des risques encourus, exigent des infrastructures sûres et bien règlementées.

De manière concrète, des projets au Burkina Faso existent qui sont relatifs au nucléaire. Ce sont :

  • le projet tripartite Burkina/Mali/AIEA relatif à la lutte contre la mouche tsé-tsé à travers des méthodes conjuguant les lâchers séquentiels de mouches mâles stériles avec d’autres méthodes d’intervention sur la mouche tsé-tsé comme l’utilisation de pièges, d’écrans imprégnés d’insecticides. Les activités du programme couvrent la boucle du Mouhoun. Ce programme est mis en œuvre sous le parrainage de la Campagne Panafricaine d’Eradication des mouches tsé-tsé et des trypanosomiases (PATTEC). L’AIEA assiste techniquement ce programme et s’est engagé à y apporter une contribution financière.
  • deux autres projets concernant la mise au point d’un médicament vétérinaire pour lutter contre la variole aviaire en Afrique et l’utilisation des odeurs des hôtes dans la lutte contre les glossines sont conduits respectivement à l’université de Ouagadougou et au laboratoire national d’élevage.
  • l’amélioration de la production laitière fait également partie des centres d’intérêt de l’AIEA. En la matière, notre pays bénéficie d’une assistance en équipements et réactifs de laboratoire. Soutenu par l’AFRA, ce projet permettra d’accroître et d’améliorer la production de lait et de viande.

D’autres programmes et projets en cours de formulation et/ou en exécution concernent :

  • le projet de renforcement des capacités nationales en radioprotection ;
  • le programme de résistance aux médicaments dans la lutte contre le paludisme et la tuberculose exécuté au Centre Muraz de Bobo-Dioulasso ;
  • le projet d’utilisation des techniques isotopiques en hydrologie exécuté au niveau des Hauts Bassins ;
  • le programme de lutte contre la désertification exécuté par l’INERA ;
  • le projet d’installation d’un laboratoire de contrôle des pesticides ;
  • le projet de renforcement des capacités en matière de gestion des déchets radioactifs.

De nombreux autres projets sont en cours de négociation au niveau de l’AFRA et qui couvrent les domaines de l’eau, des mines, de la santé, de l’industrie, de l’agriculture. Comme exposé, le nucléaire est présent au Burkina Faso et son usage s’accroit surtout avec l’avènement du boom minier qui est grand utilisateur de technologies nucléaires. Ces usages s’effectuent avec l’appui technique de partenaires dont le plus important reste l’AIEA…

  1. Antoine KABORE, Magistrat,

Diplômé du Nuclear Institute Law de l’Agence Internationale pour l’Energie Atomique de Vienne(Autriche)

Diplômé de 3 ème Cycle en Sciences Politiques

À propos

La Voix du Juriste est une start-up du type Legal tech, elle fait la promotion de l’accès à la Justice par l'information et les services juridiques.

Publié dans Droit

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Conseil Juridique

Entrez votre adresse mail pour suivre ce site et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 4 686 autres abonnés

Suivez-nous sur Twitter
%d blogueurs aiment cette page :