Création d’un pôle de croissance dans les provinces de la Comoé, de la Léraba et du Kénédougou (Deuxième partie)

Le ministre Lucien Marie Noël BEMBAMBADans ce sens, une étude réalisée par le CAPES a mis en évidence l’existence d’importantes potentialités dans les différentes régions du Burkina Faso pour développer des pôles de compétitivités. Ainsi, dans les régions des Cascades et des Hauts-Bassins, il existe des terres riches pour le développement d’une activité agricole intensive, de même que des potentialités touristiques importantes, l’existence d’une industrie agro-alimentaire et la position géographique frontalière sont autant de raisons qui pourraient militer en faveur du développement de pôles de compétitivité dans cette partie du pays.

Toutefois, il convient de souligner que le choix de développer un pôle de croissance repose certes sur des potentialités et opportunités réelles des localités ciblées mais il doit aussi et surtout tenir compte des coûts de construction qui sont très élevés. A titre d’illustration, le coût estimatif des infrastructures de base du pôle de croissance de Bagré est de 147 milliards

de F CFA pour la période 2013-2017. Tenant compte de la contrainte budgétaire de l’Etat, il apparaît donc difficile pour le Burkina Faso de multiplier à souhait les pôles de croissance, d’où la nécessité d’identifier à moyen terme les zones à fort potentiel de croissance, d’où la nécessité d’identifier à moyen terme les zones à fort potentiel de croissance, qui contribuent à dynamiser l’activité économique locale et nationale grâce à un maillage réussi. Aussi l’option du gouvernement est-elle de positionner stratégiquement les pôles de croissance à construire de sorte à ce que les effets d’entraînement couvrent de manière optimale l’ensemble du territoire national. C’est l’ambition que s’est donnée le gouvernement en décidant d’élaborer une Politique nationale de promotion des pôles de croissance (PNP-PC).

Honorable député,

En attendant la disponibilité de la PNP-PC, le comité national de pilotage des pôles de croissance (CNPPC), organe de coordination de la promotion des pôles de croissance regroupant tous les acteurs du développement a recommandé au gouvernement de lancer de nouveaux projets de pôles de croissance au regard des espoirs dégagés par Bagré. Cette

recommandation a été entérinée par le Conseil des ministres en sa séance du 25 juillet 2013 qui a décidé d’engager, la construction d’ici à 2015 de nouveaux pôles dont:

  • un (1) pôle minier dans le Sahel afin que les potentialités minières de la région aident à bâtir un tissu économique structuré et viable en dehors des mines;

  • un (1) pôle touristique à l’Est afin de développer une offre touristique attrayante et compétitive basée sur les potentialités en matière de tourisme de chasse et de tourisme cynégétique;

  • deux (2) zones économiques spéciales à Ouagadougou et Bobo-Dioulasso pour contribuer à développer les capacités d’exportation du pays;

  • deux (2) agropôles (Samendéni et Sourou) sont prévus afin de compléter le pôle de Bagré dont l’offre de terres aménagées est largement en deçà de la demande (12 500 hectares pour un besoin exprimé de 88 000 hectares).

S’agissant des agropoles du Sourou et de Samendéni, le choix de ces deux zones s’explique par la disponibilité d’importantesbagre ressources en eau et l’existence d’espaces cultivables suffisants pour l’émergence d’investisseurs de référence. Un investisseur de référence est un grand investisseur capable d’exploiter en situation de maîtrise totale de l’eau de grandes superficies et qui pourra constituer un débouché pour les petits producteurs. C’est dans cette condition que peut éclore un agropôle.

Le positionnement géographique de ces pôles tient compte du souci de maillage optimal du territoire national à travers les effets d’entraînement par l’entremise des investissements, des échanges commerciaux et la distribution de revenus. La dynamique des agropôles de Samendéni et du Sourou, compte tenu de la proximité et/ou de l’intégration interrégionale

des activités économiques, sera profitable au développement économique et social des provinces de la Comoé, de la Léraba et du Kénédougou.

Au-delà de l’échéance de 2015, le gouvernement envisage, en tirant les enseignements des pôles en cours, la mise en route de nouvelles zones de pôles de croissance. A l’occasion, la réflexion couvrira la zone constituée des provinces de la Comoé, de la Léraba et du Kénédougou au regard de son potentiel de développement fort appréciable.

Honorable député,

Au-delà des agropôles, le gouvernement a entrepris de développer des pôles de compétitivité bâtis autour de filières ou de produits d’envergure moyenne mais disposant d’une forte valeur ajoutée.

Il s’agit des produits de niches. La zone Comoé-Kénédougou regorge de ce type de produits parmi lesquels on peut citer, le souchet, l’anacarde, la mangue, la canne à sucre, etc. L’organisation des filières de ces produits devraient permettre un accroissement significatif de la production par une plus grande valorisation du capital terre.

Les actions entreprises par le gouvernement en matière de pôle de croissance intègre également cette approche produits de niches. C’est dans ce sens qu’une stratégie de promotion des produits de niche est en cours d’élaboration. Cette stratégie devra identifier les produits potentiels de niche. Dans cette optique, les potentialités de la zone Comoé-Kénédougou ne manqueront pas d’être prises en compte.

En tout état de cause, en dehors des pôles de croissance, les efforts sont entrepris dans tous les secteurs pour booster l’activité économique de toutes les régions du pays afin qu’elles puissent profiter des effets d’entraînement des pôles de croissance. La zone Comoé-Kénédougou n’est pas en reste. Ainsi, dans le domaine du développement rural, des actions majeures sont en exécution. Au titre de celles-ci, on peut citer le projet de réhabilitation du barrage de la Comoé et le programme de restauration et de mise en valeur de la plaine aménagée de Niofila/Douna dont l’objectif est de contribuer à…

Source:AN

À propos

La Voix du Juriste est une start-up du type Legal tech, elle fait la promotion de l’accès à la Justice par l'information et les services juridiques.

Publié dans Actualité

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Conseil Juridique

Entrez votre adresse mail pour suivre ce site et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 4 421 autres abonnés

Publicité
Suivez-nous sur Twitter
%d blogueurs aiment cette page :