Election au Burkina Faso: Electeur « communautaire » ou Electeur « stratège »

ElecteurQuelles sont vos suggestions aussi bien pour les partis politiques que pour les citoyens relativement aux scrutins à venir pour un Burkina démocratique, stable et émergent.

A l’endroit des partis politiques, je pense que l’essentiel serait qu’ils aient des offres politiques crédibles avant de solliciter les suffrages des électeurs. Un parti qui n’a pas d’idéologie, pas de programmes politiques n’est pas un parti, c’est un regroupement d’opportunistes qui utilisent la politique comme un moyen de réalisation d’ambitions personnelles. Vous savez, les premiers auteurs sur les partis politiques (M. Weber, R. Michels) avaient déjà perçu cette dimension utilitariste des partis qui ne sont pas, comme le pensaient les philosophes (E. Burke, B. Constant) des associations fondées sur les idées politiques. Un parti, comme le montre Weber, est une entreprise politique dont la vocation première est la conquête du pouvoir. Les idéologies sont des instruments de réalisations de cette vocation. Cependant, dans les démocraties avancées où il existe une opinion publique et des citoyens informés sur la chose politique, les partis sont contraints d’être réceptifs aux attentes sociales.

De mon point de vue, au Burkina, les partis doivent s’abstenir d’utiliser la corruption électorale et les mécanismes clientélistes, mais opter pour une démarche programmatique qui prenne en cause les attentes des citoyens. Une autre question qui doit être prise au sérieux par les partis, c’est l’application du quota genre de 30%. Il importe qu’ils se donnent les moyens de recruter les femmes compétentes et engagées pour les placer sur leurs listes afin d’éviter que cette loi fasse la promotion de la médiocrité.

Pour ce qui concerne les citoyens, il est important de les exhorter à mon avis à faire des choix basés sur des logiques objectives. La sociologie électorale distingue d’une part, ce qu’on appelle l’électeur « communautaire » pour qui le vote est un devoir social et d’autre part, l’électeur « stratège » ou « rationnel » qui vote en fonction de ses intérêts. Le meilleur électeur, c’est justement ce dernier car il appréhende le vote dans son registre politique, c’est-à-dire comme un mécanisme d’expression des citoyens par rapport à la gestion des affaires publiques. L’électeur stratège n’est pas influencé par les gadgets, l’identité ou l’argent, mais par la qualité des programmes des partis qu’il analyse en fonction de ses intérêts.

La prolifération des électeurs stratèges dans un pays entraine une « volatilité électorale », c’est-à-dire le fait que pour deux ou trois élections différentes, les électeurs font des choix différents selon la conjoncture politique et l’offre électorale. Cela contraint les partis à améliorer leur offre électorale et partant participe à consolider la démocratie. Donc, un des combats à mener au Burkina, c’est justement transformer les électeurs « communautaires » en électeurs « stratèges », et ce sera la fin de règne pour tous ces hommes politiques sans idéal qui manipulent les citoyens à coups de liasses de billets de banque, des t-shirts ou de pagnes surtout en zones rurales.

Extrait d’une interview réalisée avec le Dr Abdoul Karim SAIDOU

À propos

La Voix du Juriste est une start-up du type Legal tech, elle fait la promotion de l’accès à la Justice par l'information et les services juridiques.

Tagged with: , ,
Publié dans Actualité

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :