Ouverture du colloque international sur l’Alternances politiques en Afrique

Presidium

« L’alternance », un terme cher à l’Afrique, très souvent définit par le sens commun comme le renouvellement au sommet de l’Etat, et pourtant tout changement du titulaire du pouvoir exécutif peut-il être considéré comme relevant de l’alternance? Quid des coups d’Etat ? Alors quelle définition décrirait le mieux l’alternance politique?

Ouvert ce matin, à Ouagadougou, le colloque international sur le thème: « Alternances politiques en Afrique: défis démocratiques et enjeux constitutionnels » de donne pour objectif de mener des réflexions et des discussions sur les procédés d’alternance ou de permanence au pouvoir, les défis politiques de l’alternance, les enjeux constitutionnels de l’alternance. Pendant deux jours, le gotha des spécialistes et experts en droit constitutionnel d’Afrique et  d’Europe vont animer les différents panels programmés à cet effet.

Placé sous le haut patronage de son Excellence Monsieur Rock Marc KABORE, Président du Faso, Chef de L’Etat, représenté par le Ministre de la Fonction publique, Clément SAWADOGO et sous le parrainage de son  Excellence Monsieur Gilles THIBAUL, Ambassadeur de la France au Burkina Faso, le colloque s’est ouvert avec une série d’allocutions, dont l’exposé du rapport introductif du Pr El Hadji MBODJ(Professeur titulaire Agrégé, Université Cheikh Anta DIOP de Dakar, Expert constitutionnel auprès de l’Union Européenne).

Après la cérémonie d’ouverture, les travaux ont debuté avec le premier axe : L’ALTERNANCE EN JEU et le panel 1 : PROCEDES ET DIFFICULTES DE L’ALTERNANCE

 

 

Photo de familleLe Pr. Francis WODIE (Professeur titulaire Agrégé, Université Félix Houphouët BOIGNY de Cocody, ancien Ministre et ancien Président du Conseil Constitutionnel de la Cote d’Ivoire) a dirigé ce panel comme Président- modérateur.
les professeurs : Pr. Joël AIVO (Agrégé des facultés de droit, Président de l’Association Béninoise de Droit Constitutionnel, Expert constitutionnel auprès des Nations Unies), Dr. Cheick Amala TOURE (Enseignant-Chercheur USPB, Chef de Département 1er cycle, Faculté de Droit Public) et Pr. Jean Louis ESAMBO KANGHASHE (Professeur de droit public à l’Université de Kinshasa, juge à la Cour Constitutionnelle de la RDC) ont exposé successivement sur «Alternance politique, une épreuve difficile pour l’Afrique», «La reconnaissance de défaite électorale en droit constitutionnel» et enfin «Le coup d’Etat, un défi à l’alternance politique : cas du Mali».

PublicIl est important de rappeler que le colloque se tient sous l’initiative de la Société Burkinabè de Droit Constitutionnel (SBDC), en partenariat avec l’Université OUAGA2 et Anns Seidel Stiftung.

À propos

La Voix du Juriste est une start-up du type Legal tech, elle fait la promotion de l’accès à la Justice par l'information et les services juridiques.

Tagged with: , , , , , , ,
Publié dans Actualité, Droit

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Conseil Juridique

Entrez votre adresse mail pour suivre ce site et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 4 498 autres abonnés

Publicité
Suivez-nous sur Twitter
%d blogueurs aiment cette page :