La méconnaissance par l’employeur des préconisations du médecin du travail empêche le licenciement du salarié malade

travail

Source: ud.cfe-cgc70.over-blog.com

Si l’employeur décide de licencier un salarié malade, en raison de ses absences répétées alors qu’il n’a pas respecté les préconisations du médecin du travail, dans ce cas, le licenciement est sans cause réelle ni sérieuse (Cass. Soc. 14.06.2016 : n°14-27994).

La maladie n’est pas un motif de licenciement

Il est interdit de licencier un salarié en raison de son état de santé ou de son handicap, sauf inaptitude physique constatée par le médecin du travail, sous réserve, dans ce cas, de respecter des règles spécifiques.

En effet, par application de l’article L 1132-1 du code du travail, la maladie du salarié entraîne, en principe, une simple suspension du contrat de travail.

Seules les conséquences de l’absence du salarié, en cas d’absences répétées ou de maladie prolongée, sur le fonctionnement de l’entreprise peuvent, justifier son licenciement si certaines conditions sont remplies.

Juriststore.com

Deux conditions doivent être remplies pour que le licenciement repose sur une cause réelle et sérieuse :

–        Il faut que le fonctionnement de l’entreprise soit perturbé par les absences répétées et/ou prolongées du salarié concerné,

–       Il faut que le remplacement définitif du salarié malade soit nécessaire.

 

Absences perturbant le fonctionnement de l’entreprise

Les absences doivent avoir des répercussions réelles sur l’entreprise.

La preuve de la désorganisation de l’entreprise peut être difficile à apporter eu égard au faible niveau de qualification et à la banalité des tâches du salarié absent (Cass. soc. 23.01.2013, n°11-13904).

Par ailleurs, la perturbation du seul service où travaille le salarié ne suffit pas(Cass. soc. 02.12.2009, n°08-43486), sauf si ce service est essentiel à l’entreprise (Cass. soc. 16.09.2009, n°08-41841).

Il en est de même lorsque l’absence affecte uniquement un établissement de l’entreprise (ex. : magasin) (Cass. soc. 23.01.2013, n°11-28075) ou encore le secteur de prospection d’un salarié commercial (Cass. soc. 13.05.2015, n°13-21026).

 

Les absences du salarié ne doivent pas avoir été provoquées par le comportement fautif de l’employeur

 

La Cour de Cassation a déjà eu l’occasion de rappeler que les manquements de l’employeur, notamment aux règles relatives à la santé et la sécurité des salariés dans l’entreprise, peuvent invalider la mesure de licenciement prononcée ultérieurement.

Ainsi, il a déjà été jugé que l’employeur ne peut pas prononcer un licenciement, même s’il établit la nécessité d’un remplacement, lorsque la dégradation de l’état de santé du salarié, et donc ses absences, résultent du harcèlement moral qu’il a subi (Cass. soc. 11.10.2006 : n° 04-48314 ; Cass. soc. 13.03.2013 : n° 11-22082).

C’est dans ce courant jurisprudentiel qu’a été rendu l’arrêt du 14 juin 2016 (Cass. Soc. 14.06.2016 : n°14-27994).

En l’espèce, le salarié occupant le poste d’ouvrier professionnel/mécanicien régleur polyvalent avait été dans un premier temps classé dans la première catégorie des invalides.

A l’issue d’une visite médicale, le médecin du travail l’avait déclaré apte avec réserves.

Il a été arrêté pour cause de maladie de manière répétées.

Il a été licencié au motif de la nécessité de le remplacer définitivement à son poste de travail en raison des difficultés d’organisation occasionnées par ses absences répétées.

Le salarié avait alors saisi la juridiction prud’homale pour contester son licenciement.

La Cour d’appel avait débouté le salarié considérant qu’à le supposer établi, le non-respect par l’employeur des préconisations du médecin du travail est sans influence sur le caractère réel et sérieux du licenciement dès lors qu’il a été démontré que le motif invoqué par l’employeur, sans rapport avec l’inaptitude éventuelle du salarié à son poste, était entièrement fondé et légitime.

Ce n’est pas l’avis de la Cour de Cassation, qui casse l’arrêt d’appel, au motif que les juges du fond auraient dû vérifier si une éventuelle méconnaissance des préconisations du médecin du travail avait eu une incidence sur la répétition des absences invoquées au soutien de la rupture.

En résumé, pour la Haute Juridiction, les juges devaient vérifier si la méconnaissance des préconisations du médecin du travail avait contribué à l’aggravation de la santé du salarié, le contraignant à multiplier les arrêts maladie qui perturbaient l’entreprise.

 

Par Maitre Virginie LANGLET

Avocat au Barreau de Paris

Tél : 01.84.79.16.30

www.cabinet-avocats-langlet.fr

Sources :

Cour de Cassation, chambre sociale, arrêt du 14 juin 2016 : RG n°14-27994

Cour de Cassation, chambre sociale, arrêt du 23 janvier 2013 : n°11-13904

Cour de Cassation, chambre sociale, arrêt du 2 décembre 2009 : n°08-43486

Cour de Cassation, chambre sociale, arrêt du 16 septembre 2009 : n°08-41841

Cour de Cassation, chambre sociale, arrêt du 23 janvier 2013 : n°11-28075

Cour de Cassation, chambre sociale, arrêt du 13 mai 2015 : n°13-20026

Cour de Cassation, chambre sociale, arrêt du 11 octobre 2006 : n°04-48314

Cour de Cassation, chambre sociale, arrêt du 13 mars 2013 : n°11-22082

 

Source de l’article: JuriTravail

À propos

La Voix du Juriste est une start-up du type Legal tech, elle fait la promotion de l’accès à la Justice par l'information et les services juridiques.

Publié dans Droit
One comment on “La méconnaissance par l’employeur des préconisations du médecin du travail empêche le licenciement du salarié malade
  1. convention.fr dit :

    Concernant la réintégration du salarié:
    Un salarié demandant sa réintégration percevra la totalité des salaires perdus entre le licenciement et la réintégration. La réintégration s’effectue dans l’emploi occupé, ou si cet emploi n’existe plus ou n’est pas vacant, dans un emploi équivalent dans le même secteur géographique que l’emploi de départ. Un salarié peut ne pas demander sa réintégration, dans ce cas il percevra des indemnités de rupture et une indemnité réparant le préjudice cause en raison du caractère illicite du licenciement prévu à l’art L1235-3 du code du travail.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :